Petit futé du rasage confort – ou comment je fais (avec) le blaireau – + compile musicale dispo en fin d’article !!

C’est bien connu, quand on se rase on pense surtout à se présenter aux prochaines élections présidentielles, parfois au cadeau qu’on va offrir au très prochain anniversaire de sa femme, et rarement à « est-ce qu’au moins j’ai le bon matériel ? »
Le bon matériel pour se raser, j’entends.

Rasoir Bic jetable des années 80Rasoir électrique bardé d'optionsCoupe chou

Question « importantissime » du matériel qui fait qu’une fois sur deux (trois pour les plus habiles) on se coupe, s’irrite, se surprend à n’être toujours pas au point. Alors qu’on est passé du jetable orange en lot de douze, à l’électrique tête pivotante, qu’on a testé le rasoir monté sur 5 lames et fantasmé sur la maîtrise du coupe-chou, on finit par se dire que le bon rasoir c’est toujours celui du voisin.

D’autant plus que, preuves à l’appui, il vous certifie que son rasage à lui c’est trois minutes montre en main, zéro coupures, pas d’irritations, pour un résultat nickel, si bien qu’à un moment vous vous dites que c’est lui qui fait les pubs à la tv.

Bon, partant de ce principe (élections, matériel, voisin), je me suis dit que j’allais vous mettre au parfum, et faire pour vous ce que mon père n’a pas fait pour moi, VOUS GUIDER !

Premier point les amis : on-prend-le-temps ! Si vous voulez vivre comme dans un spot publicitaire et tout faire en 50 secondes, libre à vous mais je ne vous serais d’aucun (bon) conseil.
Non. Ici, sans parler de technique, on va parler de réappropriation du moment (ah ouais, carrément), de prise de conscience de ce qu’on EST en train de faire pour changer le statut du rasage et le faire passer de corvée à plaisir. Si à la question « pourquoi vous rasez-vous ?« , la réponse «  je me rase pour mon propre plaisir » arrive en 516ème position (chiffre contrôlé par huissier), alors il est temps mon garçon de reprendre en main cette tranche d’hédonisme que tous les matins on se coupe mais que jamais, Ô grand jamais, on ne goûte.

Si vous êtes du matin, l’idéal serait de se passer un coup d’eau chaude sur la trombine en se levant, d’aller faire une quinzaine de pompes, d’ouvrir les volets et de préparer le p’tit déj’. Ne pas « attaquer » direct au saut du lit pour plusieurs bonnes raison épidermiques mais surtout parce qu’on n’a pas les yeux en face des trous. Donc un bon coup d’eau chaude et on laisse passer quelques minutes.

Quand on y revient (y = salle de bains, pour les hérétiques de la grammaire), là on peut abondamment arroser le visage d’eau chaude. Le but est d’assouplir le poil et la peau, et question confort c’est un peu mieux que l’eau froide qui vient de passer la nuit dans les tuyaux. Vers la fin de la manœuvre, on peut fermer le clapet de l’évier pour garder un peu de cette eau qui va réchauffer le rasoir (là c’est superstition à fond mais je trouve, encore une fois, plus agréable le contact de la lame chaude que froide).

On saisi le blaireau, le trempe brièvement dans l’eau et commence à faire des ronds dans le savon à raser pour en charger le blaireau. Quand vous êtes satisfait de la quantité, vous faites le même geste circulaire sur les joues d’abord, afin d’obtenir une mousse dense et bien répartie, puis dans le cou. Il faut parfois recharger en savon, ou retremper la pointe du blaireau dans l’eau, c’est à vous de voir en fonctions de vos sensations. Vous finissez par le menton, lèvre inférieure et moustache (plisser les lèvres vers l’intérieur vous évitera de goûter au savon !).

Au moment on vous figurez le parfait Grand Schtroumpf et sa barbe blanche dans le reflet de votre miroir, vous prenez le rasoir et quelque que soit votre vitesse de rasage avant de lire ce billet, vous la réduisez de moitié et encore davantage jusqu’à sentir le passage de la lame sur chaque rangée de poil. Je fais exprès d’exagérer (moins qui le fais si rârement) pour vous faire réaliser à quel point on a tous tendance à y aller franco comme s’il fallait le faire vite, fort et dur, et montrer qu’on est un gars qui craint rien (on parle bien de rasage, je confirme).

Un peu de lenteur quoi, parlez-en autour de vous vous verrez !

Donc, vous passez doucement, dans le sens du poil (le contre sens c’est la finition, si besoin, si envie), d’abord les joues, puis le cou et la moustache. Et en effet, si votre peau vous le permet vous pouvez faire le chemin inverse à contre poil, mais là encore faites doucement et n’appuyez pas exagérément.

Rinçage à l’eau tiède puis un peu plus froide pour bien hydrater la peau. Essuyage avec une serviette douce.
Et ma touche perso : petit massage en guise d’après rasage à l‘huile d’amande douce (une des plus hydratantes) qui possède peu de parfum et permet de garder le chaud du massage.

Normalement, après ça on se sent renaître ! En tout cas, je me suis rabiboché avec le rasage en trouvant ce procédé rasage après rasage. Cela m’a pris du temps mais ça en valait la peine.

Matos perso :

EDIT  19 janvier 2013 :
Je vous linke sans plus tarder la compile musicale qu’il FAUT avoir pour un rasage encore plus confort ! ça se passe chez Keith Michards qui reçoit sans limite mes plus vifs remerciements !!

Publicités

2 réflexions sur “Petit futé du rasage confort – ou comment je fais (avec) le blaireau – + compile musicale dispo en fin d’article !!

  1. Un article au poil ! J'me reconnait assez dans ta philosophie du coup de raclette même si ma technique n'est pas aussi aboutie. Bravo l'artiste.PS : Avec des cadeaux comme ça j'imagine que ta femme doit attendre ses anniversaires avec impatience :D

    J'aime

  2. Si j'avais assez d'idées pour la surprendre, ça serait l'anniversaire de ma femme une fois par mois ! Hélas, il me faut souvent onze mois pour en trouver Une…Content que l'article t'ait plu l'ami ;) j'ai oublié de préciser que, niveau musique, on peut se jouer un Java, chanson "Le Poil".Ou demander au Roi des compil si il n'y aurait pas matière à compiler ??A suivre !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s