Amitié, simplicité, Bad End : Des Souris et des Hommes – John Steinbeck

cv alexandre cuminge
Alors que je cherche toujours un CDI Chargé de Communication 1600 NET, je me demande si le métier de Titreur existe… celui qui fait les titres, titreur quoi, non ?
Non parce que celui de cet article n’est pas forcément sensass, mais j’avais pas d’autres idées !
1600 NET et si possible la mutuelle et le 13èmes mois et/ou l’intéressement, à débattre quoi…
Ce n’est pas un rêve, pas un de ces bouts de réalité lancé dans un cornet à dé pour voir de quel côté cela va tomber : poss ou paposs…
Tous les chômeurs se disent ça un jour : « ça va marcher, je vais y arriver, et bientôt j’aurais ça, ça, et ça et … et … et ça aussi, ya pas d’raison… »
Mais moi, c’est pas pareil, parce que j’ai déjà des idées de côté, j’ai déjà commencé des choses, et un jour il y aura quelqu’un pour le voir. Je m’occuperai de soigner les lapins, je leur donnerai de la luzerne et même que ce sera mes cultures que je moissonnerai…
J’aurai du boulot, ça sera mon boulot, y aura personne pour décharger sur moi un stress non géré, non assumé, non motivant, non stimulant, un boulot que j’aurais mis sur pieds moi-même, juste pour dire « bin voilà, voyez c’que j’sais faire, si ça vous dit, app’lez-moi ».
C’est ce genre de rêve qui se dessine sous la plume de l’auteur « nobellisé », avec un style plus raffiné que le mien mais qui porte en son sein cette simplicité, cette transparence pour lire à l’intérieur des personnages. Georges et Lennie, ne se quittent pas, voyagent ensemble, travaillent ensemble, partagent salaires, inquiétudes et rêves. Et même si des deux, Georges est l’administrateur et Lennie le rêveur, cette paire de looser sans racine ressemble à ce qu’on aurait pu être, si on s’était un peu libéré de nos chaînes.
Ils ont un rêve. Ils n’en font pas tout un cheddar, mais ce rêve est propre, immaculé, presque beau à pleurer. Steinbeck ne fait pas les choses comme les autres, ne joue pas sur les cordes sensibles. Steinbeck est d’ailleurs « absent » de cette histoire puisque c’est l’histoire de Georges et Lennie. De leur rêve.
Mais à la fin, quand même…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s