Man Of Steel (comment j’ai été fan de Lois et Clark)

Man Of Steel Vs Lois & Clark
Salut la blogo ;)
Après un week-end à faire du bois (oui, ça existe encore, des gens qui font rentrer du bois pour l’hiver, qui sortent la tronçonneuse pour le couper, et la hache pour le fendre, j’ai les bras en feu), et un début de semaine pro bien rempli (tant mieux), petite détente en forme de confession :

moi, fan de Lois & Clark !

Ta-na-na-na-na-naaa

na-na-na (Générique)

Autant, Hélène et les garçons j’suis passé à côté, autant ça j’l’ai pris pleine poire.

Rhalala, c’était bien toutes ses épreuves que Superman devait endurer à coup de Kryptonite et de coup foireux made in Lex Luthor, et cette romance qui n’en finissait pas de naître, de naître puis de n’être puis de re-re-naître entre Clark et Lois. Rha ouais, Perry White jouait le boss-paternaliste-capitaine à bord en tirant les larmes de la belle Mlle Lane, et l’éternel maladroit Jimmy Olsen foirait ses rencards.

Tout ça pour dire que j’étais fan. Oh fan, ça veut dire beaucoup et pas grand chose. Disons que j’étais fidèle. Il est vrai que je n’ai pas raté beaucoup d’épisode, certainement AUSSI parce que l’histoire de Super Héros me plaît.

Oui, mais pas que… comme disent les cloches. Tenez par exemple, hier soir petite séance de rattrapage avec la vision de Man Of Steel, 2013. Dès l’apparition du logo WB on sent le film un peu sombre, à l’intrigue dense et aux personnages bien épais. Je ne plaisante pas, je me suis dit « ah tiens, un bon blockbuster, chouette !« . Esthétique empruntée à Batman de Nolan et Harry Potter des derniers volets, sombre quoi.

Le décor se plante avec des premières scènes sur Krypton qu’on découvre en proie aux soulèvements et cataclysmes, les parents de « notre » homme d’acier échafaudent un plan pour sauver Ryan, et donc ça démarre. Le petit rescapé est sur Terre, avec ses parents terriens qui l’aiment, ses camarades de classe qui cherchent l’embrouille.

Le scénario prend quelques libertés au niveau de la confidence de l’identité Clark / Superman, mais ça, à la rigueur, ça gène pas. En fait, il faudrait s’arrêter à peu près par là, du film. Vers 1H00… En fait, faudrait revoir Lois & Clark, vraiment !

Man Of Steel, c’est deux films en un, mais dont le deuxième ment au premier…

Je m’essplique. On sent bien la franchise partie pour durer trois, p-tet quatre film voyez. A la Batman, justement. Ou Spiderman, ou X-Men, bref, pourquoi pas Man Of Steel 12 ?

Donc, on pourrait s’attendre à voir les personnages se dévoiler par petites doses en impliquant une certaine lenteur… (j’ai lu ça sur un forum, je ne suis pas parvenu à comprendre ce que voulait réellement dire la personne, si elle passe par là…). En tout cas, au bout d’une heure de film, je m’attendais à plonger dans l’originalité de cette version qui osait dire dès le début, aux citoyens de Metropolis, que Clark est Super Man. Je m’attendais peut-être trop à un Batman-like

Et puis la deuxième partie arrive et là…

 Man Of Steel

Je vous assure que pendant 1H30 ça bastonne sec ! Quand le film termine on est sourd…

Je n’ai pas aimé du tout, na… Est-ce mon côté vieux con ? Est-ce mon virus « cinéma de dialogue » qui me reprend ?? Est-ce qu’un jour Woody Allen fera un Man Of Steel (quoi, il a bien fait Woody et Les Robots…) ?

Bref, mauvaise pioche pour ce film.

C’est pour cela que je conseille Lois & Clark (dont le nom off. et complet est Lois & Clark : Les Nouvelles Aventures de Super Man), pour ces profils de personnages épais comme du kleenex, pour ces avalanches de casual heroes à la Jimmy Olsen (grand absent de Man Of Steel, d’ailleurs), pour ces kilomètres de scénarios ricains des 90’s où l’état fédéral triomphe du rebelle marginal, pour Terry Hatcher qu’était pas encore ce qu’elle est devenue dans D.H. !

Doit-on préférer l’antériorité ? Pour le coup, moi oui !

Publicités

4 réflexions sur “Man Of Steel (comment j’ai été fan de Lois et Clark)

  1. Lois et Clark ont ce petit côté authentique et old school absolument irremplaçables. J’étais une fan inconditionnelle et je crois qu’aucun bloc buster n’arrivera à recréer cette atmosphère si particulière. Après c’est surement le plaisir régressif de l’enfance, il faudrait que je re-regarde pour me faire une idée objective !

    J'aime

  2. Rha quelle merdouille ce film !!! On n’en ressort pas seulement sourd, mais aussi en pleine crise d’épilepsie !
    Et puis, la petite cerise sur le gâteau, ou plutôt la grosse blague du film, c’est que le S sur le poitrail de notre super héro, ça ne veut pas dire Superman en vrai, ça veut dire E-S-P-O-I-R !!! Logique non ?! S comme espoir, ou en version américaine, S comme HOPE… Fallait le trouver !

    Jamais trop suivi « Lois et Clark » par contre, alors moi je dis, pourquoi ne pas se procurer le bon vieux comics, The Original One quoi ?! Ça permettrait de préserver nos sens en plus !

    J'aime

  3. Merci pour votre passage Stef et Polina !
    Je vous rassure, je pense avoir trouver un meilleur film à la médiathèque du quartier.
    Et bien évidemment, je n’en parlerais que s’il est nul !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s