Les actions clés pour réussir sa création d’entreprise

– « Qu’est-ce qui m’a pris, bon sang ? Quelle mouche m’a piqué ? Monter ma boîte, non mais vraiment… C’est pour faire comme tout le monde, ou quoi ?

– …

– A cause de la crise de l’emploi, la crise de la croissance, la crise de la crise bientôt… Me suis-je dis qu’il vaudrait peut-être mieux créer mon propre emploi ?

– …

– Est-ce l’âge, peut-être ? Le sexe ? Le genre ? La CSP ? La bagnole ? La famille ? Le modèle judéo-chrétien ?

– Hein, pardon ? « 

La création d’une entreprise c’est l’occasion de faire le point sur soi. De se poser quelques foutues questions. D’être tenté de fournir une réponse différente chaque jour, aussi.

C’est l’occasion de se perdre. Oui, mais pour bien se retrouver voilà !

On fait le point sur ses expériences, cet ensemble bizarre qui semble dessiner un vague parcours semé d’hazard. Voyez ?

Non ?

Ah… toute le monde n’a pas cette chance, alors. Mais restons dans le sujet. Monter son affaire, c’est l’occasion de faire le point sur ses compétences, les plus solides comme les plus fragiles, les compétences qui mériteraient un sérieux dépoussiérage, et celles (ô honte à vous, bouhhh) qui mériterait qu’on s’y forme vraiment…

L’occasion de rencontrer des interlocuteurs qu’on n’aurait sûrement jamais croisé. Pas tous intéressants, notez. Mais tous avec cette « reverb » dans la voix quand ils parlent de leur entreprise, leur challenge, leur truc. On a l’impression qu’ils s’adressent au public de l’Olympia, on se dit « mince, j’assiste à un One Man, on dirait ». Cette impression qu’on est 6 071ème depuis son immatriculation au RCS de Millau à qui il refait la présentation de son activité. D’un coup, on comprend qu’il va falloir la trouver cette reverb. La même.

Et le texte qui va avec, c’est évident. Donc, retour aux questions, le soir en rentrant. Qu’est-ce que je veux vendre ? A quoi ça sert ? Quelle est mon originalité ?

On commence un accompagnement, sponsorisé par Pôle Emploi, on participe à des ateliers très sympa, avec un vieux rétro-projecteur comme l’année de 2nde en cours de Bio pour voir la gorge disséquée de la grenouille. Hein, j’ai dit ça, moi ?

Accompagnement rime avec « vas-y, pars devant » ! On remplit des formulaires analytique pour faire le bilan de la concurrence. On nous en remet une longueur, des polycopiés fatigués, pour faire la sacro-sainte Étude de marché. Et boum ! tes cours de Mercatique en BTS te saluent bien ;)

Pour un peu que ta machine te lâche et que tu perdes toutes données malgré les 100aines de possibilité Cloud, disques-dur externes et autres machins bizarres qu’il existe…

Et là, je boucle avec les questions d’en haut, là, en italique, « qu’est-ce qui m’a pris » toussa…

Non, monter son entreprise c’est aussi (et beaucoup) l’occasion d’être son propre patron. Ça veut dire, son propre « rhaa… j’croyais qu’il ne venait pas, aujourd’hui ». Si, si. On est son propre mec chiant, là. Le lourdingue qui vous glisse à l’oreille que ça fait deux heures vingt que vous surfez dérivez sur le Net, à la recherche de l’idée 8.0 qui va transformer votre auto-entreprise en startup californienne.

Retour au sérieux. En fait, monter son biz, c’est l’occasion de ratisser large dans tout ce qu’on sait faire, trouver un champ cohérent pour exploiter tout ça, et être ambitieux pour une fois, vraiment ambitieux, ouais. Se dire « f*ck, j’vais me mettre minable pour prouver à l’univers que mon idée elle envoie le pâté. »

La suite (un jour peut-être) sur les banques, les prêts, les budgets prévisionnels, que du drôle.

;)

Publicités

5 réflexions sur “Les actions clés pour réussir sa création d’entreprise

  1. J’espère bien qu’il y aura un billet intitulé « la suite » !
    Excellent article. Je me suis régalé à le lire.

    J'aime

  2. Bon, j’en suis encore au stade « mais bordel, qu’est-ce qu’il m’a pris ce jour-là! », mais j’espère rattraper ce mauvais esprit au plus vite… ;)
    Alors, décante, décante! :D

    J'aime

    • Hello Lou,
      Merci de ton passage qui apporte un joli complément de couleur.

      Comme dit plus haut, le temps est à la réflexion, et celui qui a pensé les différents statuts possibles pour une entreprise individuelle a sans aucun doute voulu mes nuits (blanches).

      Mail suscribed effectué chez toi ;)

      J'aime

      • Oui, j’avais vu, mais je voulais pousser un peu, histoire de rendre les nuits plus sombres. Parfois, on réfléchit trop et la horde de lecteurs en manque peut donner le coup de pied libérateur. ;)
        Non, plus sérieusement, j’attendrai.
        Et, oui, merci pour l’ajout! J’espère que tu as reçu le mail…
        xxx

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s